La Cnil consulte sur les mots de passe

Le gendarme des données personnelles juge datée sa recommandation de 2017 relative aux mots de passe. Une nouvelle version est sur les rails et ouverte à consultation publique jusqu’au 3 décembre.

Revil pris à son propre piège

Après Kaseya, le groupe s’était fait discret, avant de revenir en septembre. Mais, un peu trop pressé de doubler ses affiliés, Revil a été « hacké », un tiers prenant le contrôle de son « site vitrine » et de son portail de paiement. Un coup de Trafalgar qui devrait mettre un coup d’arrêt au groupe, mais pas à son ransomware.

Rencontre avec Luc d'Urso, CEO d'Atempo-Wooxo

Luc d'Urso, CEO d'Atempo-Wooxo, nous explique en quoi le data recovery est le dernier rempart pour bien des organisations et comment son entreprise compte s'attaquer aux problèmes des PME et des petites collectivités.

Entrust met la main sur le Français Antelop

L’éditeur américain spécialisé en gestion des identités et sécurisation des paiements annonce faire l’acquisition d’une jeune pousse française, Antelop. Celle-ci fournit aux banques un SDK permettant de la gestion de cartes bancaires numériques.

Le FBI ne s’est pas hâté à aider les victimes de REvil

Entre le moment où le FBI a obtenu la clé de déchiffrement de REvil, et celui où il a fourni cette clé aux victimes, trois semaines se sont écoulées. Trois semaines lors desquelles les victimes ont dépensé des millions de dollars en récupération de données.

FIC 2021 : un second plan de relance pour la cyber ?

Faut-il un nouveau plan de relance pour la cybersécurité ? Le premier, à hauteur d’un milliard d’euros dédié au secteur, a enthousiasmé les uns et les autres. Pourtant, malgré les efforts consentis par l’Etat, ils sont nombreux à appeler de leurs vœux un plan d’une toute autre ampleur. C’est le cas notamment de Jean-Noël de Galzain, CEO de Wallix et président d’Hexatrust.

FIC 2021 : Doctolib et Yes We Hack à la chasse aux bugs

A quelques mètres de l'European Cyber Cup, on chasse les bugs chez Yes We Hack. Un événement festif, débuté mercredi, mais sérieux. Car c'est sur Doctolib qu'une cinquantaine de hunters traquent les vulnérabilités, avec des primes pouvant atteindre 10 000 euros.